sortie d'urgence X

La violence conjugale

La violence conjugale est un crime. Elle se produit toujours à l’intérieur d’une relation intime, que la relation soit présente ou passée, que le couple demeure ou non sous le même toit, qu’il y ait ou non des enfants. Rien ne vous prédestine à devenir une victime de violence conjugale, ni votre âge, ni votre statut social ou économique, ni votre culture.

La violence conjugale se traduit par un rapport de force où votre conjoint, mari, chum ou copain exerce une pression dominatrice sur vous dans le but ultime de vous contrôler et de s’assurer que vous ne le quitterez pas.

La violence conjugale se traduit par des gestes et des comportements tels que :

Il vous critique continuellement sur vos goûts et vos habiletés, de même que sur votre façon de vous habiller.
 Il dénigre vos relations et vous décourage, voire même vous interdit de fréquenter votre famille ou vos ami(e)s.
 Il contrôle vos activités.
 Il se moque de votre apparence physique et de vos performances sexuelles.
 Il crie à propos de tout et de rien à la maison.
 Il menace de se tuer si vous mettez fin à la relation ou il utilise votre(vos) enfant(s) pour vous atteindre.

La violence conjugale est un cercle vicieux défini selon 4 phases critiques :

 

 

Source : REGROUPEMENT PROVINCIAL DES MAISONS D’HÉBERGEMENT ET DE TRANSITION POUR FEMMES VICTIMES DE VIOLENCE CONJUGALE. La violence conjugale… C’est quoi au juste?, 1er trimestre 2006.

 

Phase 1 : Climat de tension

Votre agresseur a des crises de colère, vous menace du regard et fait peser de lourds silences.

Vous vous sentez inquiète, tentez d’améliorer le climat et vous faites attention à ses gestes et ses paroles.

 

Phase 2 : Crise

Votre agresseur vous violente, que ce soit verbalement, psychologiquement, physiquement, sexuellement ou économiquement.

Vous vous sentez humiliée, triste et avez le sentiment que la situation est injuste.

 

Phase 3 : Justification

L’agresseur tente de trouver des excuses afin de justifier ses comportements et ses agissements.

Vous tentez de comprendre ses justifications, vous l’aidez à changer et surtout vous vous sentez responsable de ce qui arrive.

 

Phase 4 : Lune de miel

L’agresseur vous demande pardon, il vous fait part de ses intentions d’aller en thérapie et de « changer ».

Vous lui donnez une chance, vous lui apportez votre aide et votre écoute, vous le croyez sincère dans ses intentions de faire des efforts et vous changez vos habitudes afin d’éviter qu’une crise survienne à nouveau.